Une offre de logement plus adaptée aux besoins, qui préserve la qualité de l’habitat

Co-élaborer les projets avec les habitants, les acteurs économiques et institutionnels / Une construction respectueuse de la qualité de vie / Encourager la mixité d’usage, de générations et social au sein d’un même groupe de bâtiments / Favoriser la réduction des factures énergétiques / Revoir le projet Raby / etc.

Parce que notre bien-être est lié à notre environnement le plus proche que sont l’habitat et son quartier, il est important que ceux-ci répondent à nos attentes. Chacun doit pouvoir s’y investir et s’y reconnaître. C’est ainsi à la question de l’habitat et de l’habité qu’il nous faut répondre.

ANTICIPER POUR NE PAS SUBIR

Bron est engagée dans un long processus de renouvellement urbain nécessaire s’appuyant sur l’État et l’Europe afin de rénover Terraillon et Parilly. Afin d’éviter d’arriver à des situations extrêmes et des solutions onéreuses pour le contribuable comme sur ces deux quartiers, il nous faut anticiper les problèmes d’urbanisation et de vivre ensemble de demain. Anticiper c’est se soucier de la densification que nous allons connaître du fait de l’agglomération et des coûts grandissant du logement. Nous devons modérer cette densification et la modeler pour que cela corresponde à un cadre de vie confortable et acceptable ne remettant pas en cause le vivre ensemble.

C’est aussi ne pas concentrer les publics les moins aisés sur les mêmes lieux de vie et créer une offre de logement répondant à nos parcours de vie.

Afin d’y parvenir nous nous assurerons que le taux de logement social reste en deçà des 30 % et déconcentrerons le logement social de manière qu’il ne constitue pas plus de 50% du parc locatif d’un même quartier, favorisant ainsi le vivre ensemble et l’inclusion sociale des publics les plus fragiles. A la fois nous interviendrons sur le reste du parc locatif pour diminuer l’écart de prix entre logement sociaux et le reste des logements, pour que le plus grand nombre puisse se loger à prix décent.

Pour ce faire, nous profiterons du foncier disponible sur le quartier Raby pour abaisser le pourcentage de logements sociaux sur la ville et rééquilibrer la mixité sociale sur les quartiers (ex Parilly). Nous travaillerons sur la mixité de l’offre de logements à l’échelle de la ville, d’un quartier, mais aussi du logement collectif (immeuble), en imposant aux aménageurs (OPAC, ALLIADE) non pas la construction d’immeuble de logement 100 % sociaux, mais de mixer une offre de logement au sein d’un même immeuble avec du logement locatif public et privé conventionné (<25%), des logements locatifs en accession à la propriété et de l’accession à la propriété.

La cohésion sociale d’une ville d’un quartier passe aussi par la diversité de son offre de logement afin de répondre à chaque situation rencontrée dans nos parcours de vie. Elle doit permettre aux différentes générations de vivre ensemble. Aussi est-ce que nous construirons au sein d’un même quartier, et dans la mesure du possible d’un même immeuble, des logements permettant le maintien à domicile et l’indépendance des personnes âgée ET des petites surfaces pour les étudiants ou personnes seules ainsi que des logements respectant la charte «Rhône +, Vivre Chez Soi» pour produire 20 à 25% de logements adaptés pour les personnes dépendantes ou en perte d’autonomie.

ACCEDER A UN LOGEMENT PERFORMANT, DIGNE, ET CONFORTABLE QUELQUE SOIT SON NIVEAU DE VIE

Il est nécessaire d’anticiper la montée des charges énergétiques, et revaloriser notre patrimoine.
En construisant des aujourd’hui 15% des nouveaux logements à énergies positives (Réglementation Thermique 2020)
En rénovant l’habitat en se fixant comme objectif les performances énergétiques de la construction neuve (Réglementation Thermique 2012)
En proposant un service d’accompagnement des copropriétés sur la rénovation énergétique des bâtiments afin de maitriser les charges, améliorer le confort, revaloriser les biens immobiliers.

Pouvoir rester dans son quartier ou le choisir à toutes les étapes de la vie, c’est pouvoir trouver une offre de service correspondant à ses besoins. Comment?
Développer une offre de service large répondant à des besoins intergénérationnels :
- Structure d’accueil petite enfance,
- Service à la personne,
- Commerce de proximité
- Espace de loisir …

Le débat sur l’urbanisme à Bron ne doit pas se concentrer sur le projet Raby, mais il est une formidable opportunité pour « panser » notre ville et la guérir des ses maux. Véritable poumon foncier, ce quartier doit nous permettre de conduire une politique d’urbanisme et de l’habitat sur la ville prenant en compte nos besoins de logement selon nos parcours de vie, mais aussi nos revenus et les attentes de chacun en terme de vivre ensemble.
En conclusion, le tarissement des finances publiques traduit-il la fin de l’urbanisme ou alors son renouveau ? La ville doit anticiper avec ses habitants le vivre ensemble de demain pour éviter les investissements trop lourds de demain. La crise économique implique t-elle un bouleversement dans la pratique de l’aménagement urbain ? Elle nous permet de ne plus s’inscrire dans une logique de profit mais elle laisse la place à une vision urbaine attaché aux qualités du vivre ensemble. Et si, finalement, les crises successives – écologique, financière et économique – que nous connaissons actuellement permettaient un changement de paradigme salvateur dans le domaine de l’urbanisme ? L’aménagement dispendieux doit laisser la place à un aménagement sobre mais efficace.

Le 23 et le 30 mars 2014 en votant pour la liste de « Bron Alternative », c’est vous donner la possibilité de bâtir votre ville.